Luxfer: cette nationalisation dont le gouvernement ne veut pas

Par

Le gouvernement est-il prêt à aider à la consolidation d’un quasi-monopole mondial au nom du droit de propriété ? Ou à nationaliser au nom de la sécurité sanitaire ? La nationalisation ou non de Luxfer devient un test de la politique industrielle du gouvernement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Luxfer. Ce nom est en train de devenir un test pour le gouvernement. Cela aurait dû être pourtant un dossier industriel comme il en traite des centaines chaque année. Une histoire de liquidation industrielle dans l’indifférence générale, selon un schéma éprouvé depuis plus de deux décennies : une fermeture totale malgré les protestations des salariés, « un plan social » négocié avec le ministère du travail un peu plus généreux que ce que prévoit la loi, de vagues promesses de compensation et de réindustrialisation qui n’aboutissent jamais. Et puis une nouvelle casse qui finit par être oubliée, sauf pour les salariés.