Dettes: un «Grand Retournement» historique

Par
Pas de remèdes appropriés sans diagnostic lucide: tous les pays dits avancés, l'Europe et les Etats-Unis comme avant eux le Japon, sont confrontés à un changement historique de paradigme, la fin d'un cycle trentenaire d'endettement généralisé, le «Grand Retournement», selon l'économiste Kenneth Courtis.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au moment où l'Europe et les Etats-Unis contemplent les abysses de leur endettement public, leurs dirigeants ressemblent à des lapins de garenne saisis dans la lumière des phares, pétrifiés par une situation qu'ils ne comprennent manifestement pas. Cette pauvre Grèce n'est que l'arbre qui cache la forêt. Ce qu'affrontent toutes les économies dites avancées, c'est ce que l'économiste Kenneth Courtis appelle «le Grand Retournement», la fin d'un cycle global d'endettement, public et privé. Et comme l'atteste le précédent du Japon, plus de vingt années de stagnation économique au compteur, la défaillance du pouvoir politique peut aggraver encore une situation déjà critique.