Chez Airbus, un parachute doré à 80 millions d'euros

Par et

L’ancien directeur commercial d’EADS Jean-Paul Gut, qui a mis en place le système au cœur des enquêtes de corruption des justices française et britannique, a touché environ 80 millions d’euros d’indemnités à son départ du groupe aéronautique en 2007.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est l’un des contrats que la direction d’Airbus aimerait sans doute ne pas voir tomber aux mains de la justice. Mais le Parquet national financier (PNF), chargé de l’enquête de corruption avec le Serious Fraud Office (SFO, Royaume-Uni), le lui a demandé. Ce contrat met en lumière certaines pratiques de gouvernance d’Airbus, des petits arrangements entre amis sur lesquels les responsables du groupe aéronautique n’ont pas envie de s’étendre. Le contrat de fin d’activité de Jean-Paul Gut, l’homme de tous les contrats commerciaux « difficiles », en particulier dans les pays du Golfe, d’abord chez Lagardère puis chez EADS jusqu’en juin 2007, est en effet un contrat hors norme, dans tous les sens du terme.