Face à Macron, les syndicats jouent en solo

Par

La CGT a manifesté ce jeudi, seule avec l'union Solidaires. Face à un gouvernement inflexible sur sa volonté de réformer, le syndicat souhaite s'afficher comme une force d'opposition incontournable. Mais qu'y a-t-il à gagner, au sein d'un paysage syndical si divisé ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Manifester, mais avec qui ? Et dans quel but, au fond ? Voilà des questions que peuvent se poser la CGT et Solidaires, les deux syndicats qui ont appelé à manifester ce jeudi 19 octobre, pour la troisième fois, contre les ordonnances réformant le droit du travail. Pour les deux précédentes mobilisations, ils pouvaient compter sur le soutien officiel de la FSU. Et pour celle du 10 octobre, en défense du pouvoir d’achat des fonctionnaires et du rôle des services publics, c’était l’ensemble des neuf syndicats de salariés du public qui avaient défilé. Cette fois, la CGT et Solidaires seront seuls. Dans toute la France, et sans doute à Paris même, ils rassembleront certes des dizaines de milliers de manifestants (le 12 septembre et le 10 octobre, les syndicats ont revendiqué le chiffre de 400 000 personnes dans les défilés). Mais il y a fort à parier que cette journée de mobilisation ne déplacera pas les lignes.