Emploi à domicile : cupidité bourgeoise, servilité socialiste

Par

Reniant une promesse de campagne de François Hollande, le gouvernement prépare un nouvel allègement fiscal pour les contribuables aisés qui recourent à des emplois à domicile. Ce projet inspire une réaction assez proche de celle que suscitait le Journal d'une femme de chambre d'Octave Mirbeau : on hésite entre indignation et nausée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Ah ! dans les cabinets de toilette, comme les masques tombent !… Comme s’effritent et se lézardent les façades les plus orgueilleuses !… » Dans son Journal d’une femme de chambre, publié dans sa version définitive à la fin de l’année 1900 dans un périodique dreyfusard, la Revue blanche, le romancier Octave Mirbeau (1848-1917) place ces mots dans la bouche de son héroïne, Célestine, pour décrire le monde de perversions, d’hypocrisies et d’abus de pouvoir qui est celui de ses maîtres successifs. Et plus loin, il a aussi cette formule terrible : « Si infâmes que soient les canailles, ils ne le sont jamais autant que les honnêtes gens. »