Mon fromage au Canada

Par

L’accord de libre-échange entre l’Europe et le Canada (Ceta), entré en vigueur en septembre, ouvre un peu plus les portes du marché canadien aux fromagers français.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Des caves fromagères du Jura à Montréal. Les Échos ont enquêté sur les conséquences de l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada (Ceta), qui ouvre un peu plus les portes du marché canadien aux fromagers français. Un quota de 16 000 tonnes de fromages fins européens supplémentaires peut être exporté outre-Atlantique à droit de douane zéro. Ce surplus s’ajoute aux quotas, déjà existants, de quelque 13 500 tonnes. Un filon très intéressant pour les producteurs français.