La direction du constructeur automobile Renault aurait menacé, mardi 22 janvier, de fermer deux sites en France si les syndicats ne signaient pas un accord de compétitivité en cours de négociation.