La France va-t-elle s’offrir un petit Lehman Brothers ?

Par

La dégradation prochaine par l'agence Moody's des banques européennes pourrait faire au moins une victime, en France, et très vite : un établissement financier dont les actionnaires sont liés à des collectivités locales. En cause, un modèle de financement particulièrement vulnérable et la passivité des autorités devant ce risque très réel de défaillance d'une banque. Explications.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Réuni cette semaine, le conseil d’administration d’une banque française pourrait constater qu’il ne peut pas arrêter les comptes annuels 2011, avant la date limite du 30 avril. En cause, la perspective d’une forte dégradation de la notation par l’agence Moody’s qui avait placé le 15 février dernier « sous surveillance avec perspective négative » quelque 144 établissements financiers européens et devrait donc distiller ses verdicts au compte-gouttes dans les semaines qui viennent.