Willy Pasche, déclencheur du scandale du CE lyonnais de la SNCF

Par

En juin s’est tenu un procès sans précédent : huit syndicats de cheminots comparaissaient pour abus de confiance. Ils sont accusés d’avoir détourné une partie de l’argent du comité d’entreprise pour se financer. À l’origine de l’affaire, un cadre du CE de la SNCF à Lyon, Willy Pasche, qui se bat depuis neuf ans pour voir les syndicats condamnés et que l’on reconnaisse le harcèlement dont il dit avoir été victime.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Tenez, vous avez vu ? Vous avez vu comme il m’a regardé ? » Sur un quai de la gare Lyon Perrache, où vient d’arriver le TGV de Paris, Willy Pasche, 59 ans, désigne un des trois agents de la SNCF qui le dépassent. « J’évite de traîner trop par ici maintenant… » Le pas preste, il emmène le visiteur dans un restaurant des environs de la gare où il avait ses habitudes. Pour revenir vers les bâtiments de la SNCF, il privilégie la fin de l’après-midi, « à 16 heures, la plupart des cheminots sont partis ». Moins de risques de faire une rencontre malheureuse et d’endurer moquerie ou regard menaçant. Et lorsqu’alors il fait visiter les lieux, c’est le port fier et défiant.