Marins privés de Sécu: ils ont gagné, mais n’ont plus de salaire

Par

Depuis plus de 18 mois, deux matelots qui assuraient la liaison entre Saint-Malo et les îles Anglo-Normandes se battent pour avoir le droit à la Sécurité sociale et à la retraite. Le 1er janvier, ils auront gain de cause. Mais depuis le début du mois, leur employeur Condor Ferries a suspendu le paiement de leur salaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Leur voix a été entendue. Leurs arguments ont porté. Mais leur situation personnelle ne s’est pas améliorée, loin de là. Depuis plus de 18 mois, les marins Erwann F. et Sébastien C. dénoncent les conditions qu’impose à ses matelots Condor Ferries, la compagnie qui assure la liaison entre Saint-Malo et les îles Anglo-Normandes, Jersey et Guernesey. Comme Mediapart l’avait raconté en détail début 2015, les employés français de Condor Ferries résident en France, en partent et y reviennent tous les jours lorsqu’ils travaillent, et y payent leurs impôts. Mais jusqu’à présent, leur job ne leur a permis ni de bénéficier de la Sécurité sociale, ni de cotiser pour leur retraite. Et s’ils perdent leur travail, ils ne toucheront pas l’assurance chômage.