Une vaste étude confirme la discrimination à l’embauche des candidats d’origine maghrébine

Selon une vaste étude menée sous l’égide de l’institut d’étude du ministère du travail, un candidat au nom à consonance maghrébine « doit envoyer 1,5 fois plus de CV » pour obtenir le même nombre de rappels de la part des recruteurs qu’un candidat considéré comme d’origine non étrangère.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

La discrimination envers des candidats à un poste de travail qui sont perçus comme étant d’origine maghrébine est à la fois « généralisée et persistante ». La conclusion d’une vaste campagne de « testing » menée sous l’égide de la Dares, la direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques, dépendant du ministère du travail, n’y va pas par quatre chemins pour qualifier l’état du marché du travail en France.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal