SNCF: le gouvernement acte la reprise de la dette, les syndicats hésitent

Par

Au lendemain du 22e jour de grève à la SNCF, Édouard Philippe a reçu les responsables syndicaux pour leur annoncer que l’État reprendra 35 milliards d’euros de dette d’ici 2022. Même si toutes leurs revendications sont loin d’être satisfaites, la CGT, Sud, l’Unsa et la CFDT s’interrogent sur la stratégie à tenir.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Et maintenant, quoi ? Ce vendredi 25 mai, le premier ministre Édouard Philippe a reçu à Matignon les cinq fédérations syndicales de cheminots, Unsa, CGT, Sud, FO et CFDT. Il s’y était engagé le 7 mai, lorsqu’il les avait déjà reçues, en leur promettant une annonce importante sur la reprise de la dette de la SNCF. La France vient de sortir de la procédure pour déficit excessif aux yeux de la Commission européenne, l’annonce a donc pu avoir lieu. L’État s’engage à réduire de 35 milliards d’euros l’endettement de la compagnie ferroviaire, lourde de 54,5 milliards.