SNCF: Matignon ne calme pas les ardeurs syndicales

Par

Le premier ministre Édouard Philippe a reçu les syndicats de l'entreprise ferroviaire, en montrant quelques signes d'apaisement sur la forme. Mais sur le fond, le gouvernement n'entend revenir sur aucun des points clés de sa réforme. En toute logique, la grève continue.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La grève continue à la SNCF, et ce pour les trois prochaines semaines au moins. À l’issue de la journée de discussions entre le premier ministre et les syndicats de l’entreprise, le constat est net : les positions des deux parties restent fermes. Ce lundi 7 mai, Édouard Philippe a certes reçu les quatre organisations représentatives des salariés de l’entreprise, comme elles le demandaient depuis qu’elles avaient claqué la porte du ministère des transports le 24 avril. Mais les représentants de la CGT, de l’Unsa, de Sud et de la CFDT, qui se sont succédé séparément à Matignon, ne ressortent avec rien de concret de ces rencontres.