INDUSTRIE Brève

De nouveaux investissements pour Florange

François Hollande s'est rendu à Florange jeudi 24 septembre, où il a annoncé de nouveaux financements pour la sidérurgie lorraine.

La rédaction de Mediapart

26 septembre 2013 à 17h04

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

Devant un parterre de cadres en bleu de travail, comme le notait le journaliste du Monde, François Hollande a annoncé jeudi 24 septembre, à Florange, l'implantation d'un centre public de recherche pour la sidérurgie. Il « aura pour vocation d'accompagner des projets technologiques dans le cadre de partenariats avec des acteurs industriels déjà implantés ou non sur notre territoire ». Le centre sera installé en 2014 dans la vallée de la Fensch. Une enveloppe de 20 à 50 millions d'euros devrait y être consacrée.

© 

François Hollande, le candidat, s'était déjà rendu à Florange en février 2012. Il avait alors promis aux ouvriers sa fameuse “loi Florange” et affirmé qu'il ne voulait « pas (se) retrouver dans la situation d'être élu sur une promesse et ne pas revenir parce qu'elle n'aurait pas été tenue ». L'abandon du projet Ulcos pour une version a minima, puis le couac ministériel entre Arnaud Montebourg et Jean-Marc Ayrault ont fini de décevoir des métallos de moins en moins mobilisés. François Hollande, le président, a attendu des auspices plus favorables pour revenir sur le site. La proposition de loi est arrivée la semaine dernière à l'Assemblée nationale. Trop tard pour Florange et loin de ses ambitions initiales. Mais Jean-Marc Ayrault signait à Matignon le 17 septembre le “pacte lorrain”, un accord entre l'État et le conseil régional de Lorraine, consacrant la volonté de faire de la région Lorraine un pôle de développement industriel de hautes technologies. 300 000 millions d'euros d'emprunt doivent être injectés dans l'économie régionale. Et le chef de l'État l'a promis : il reviendra « chaque année ».

La CFDT, syndicat majoritaire, s'est « félicitée » dans un communiqué de l'initiative « qui s’inscrit pleinement dans une volonté d’asseoir durablement l’industrie sidérurgique au cœur de la vallée de la Fensch et plus largement en France ». Ce nouvel outil viendra donc développer le tout jeune Institut de recherche technologique, installé à Metz en janvier 2013. L'accord signé avec ArcelorMittal en janvier dernier prévoyait par ailleurs un cofinancement du projet LIS par l'État à hauteur de 15 millions d'euros. Visant à perfectionner la maîtrise des rejets de CO2 dans l'industrie sidérurgique, le projet LIS, frère pauvre de l'ambitieux Ulcos, est censé « sauver les hauts-fourneaux » en démarrant sa phase expérimentale sur le site de Florange d'ici à six ans. Mais syndicalistes comme élus tiennent le scénario pour peu vraisemblable et craignent que les financements publics pour la recherche n'aboutissent à l'exportation du projet industriel. Pour le syndicaliste CFDT, Alain Gatti, « la création d'un centre public et indépendant est rassurante. Cette fois-ci l'État aura la main sur le projet ».

La rédaction de Mediapart


9 commentaires

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par Berenice Gabriel et Célia Mebroukine
Grand entretien
par Justine Brabant
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne