L'économie japonaise paie cher son attentisme

Par

L'économie japonaise n'est pas statufiée dans la crise depuis un quart de siècle, mais la facture de l'attentisme, tant pour les entreprises privées que dans la sphère publique, est très élevée. Pas un modèle, mais une leçon.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Par sa propreté, sa ponctualité, son extension continue, le nombre d’usagers transportés quotidiennement et leur comportement, le métro de Tokyo fait honte à ses équivalents londonien ou parisien (celui-là surtout). L’emprunter est toujours une expérience de civilisation post-industrielle. Plus encore depuis l’entrée dans l’ère universelle de la téléphonie mobile. Parce que nul n’y utilise son téléphone… pour téléphoner. L’interdit est respecté scrupuleusement. Mais c’est aussi une leçon d’économie. Car si la plupart des passagers manipulent leur smartphone pendant le trajet, ces terminaux sont presque exclusivement d’origine étrangère. Un bouleversement systémique.