« Si j'étais grec, je ne sais pas ce que je voterais »

Par

Le Belge Philippe Lamberts, à la tête du groupe des Verts au parlement européen, réagit à l'annonce d'un référendum grec sur le futur « plan d'aide » à Athènes. Il juge qu'Alexis Tsipras a déjà fait beaucoup de concessions, par rapport à ses promesses électorales, et que c'est aux créanciers, à présent, de faire un geste, en amont du référendum.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Bruxelles.- Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a annoncé vendredi soir la tenue le 5 juillet prochain d'un référendum sur le projet d'accord soumis par les créanciers d'Athènes, qualifié d'« ultimatum » contraire aux principes fondateurs de l'Europe. Le coprésident du groupe des Verts au parlement européen, le Belge Philippe Lamberts, réagit à cette annonce, qui figure au cœur des discussions d'un énième Eurogroupe réuni samedi après-midi à Bruxelles.