SFR entend supprimer plus d’un tiers de ses emplois

Par

La direction du second opérateur télécom français a annoncé aux syndicats qu’elle souhaite ne garder que 9 000 emplois sur 14 300 d’ici fin 2017. En rachetant l’entreprise en 2014, Patrick Drahi avait promis de ne procéder à aucun licenciement pendant trois ans.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lorsque la direction a mis son chiffre sur la table, les syndicalistes ont avalé de travers, et précipitamment quitté la réunion en cours. Ce mardi 26 juillet, Florence Cauvet, la « directrice exécutive Ressources humaines » du groupe SFR, a annoncé aux représentants des organisations syndicales maison qu’elle entendait faire passer très vite le nombre de salariés de l’entreprise de 14 300 à 9 000, comme l’ont révélé Le Monde et ZDNet. Soit un tiers de suppressions de postes. Dans un premier temps, l’horizon annoncé est la fin 2017, mais l’entreprise pourrait reculer l’échéance à la fin 2019.