Grèce: et si Paris se réveillait…

Par

Athènes est menacé d'ici mardi soir d'un défaut de paiement, aux conséquences difficiles à prévoir pour la zone euro. Les Français sont en position de repousser cette date couperet, pour que le référendum du 5 juillet à Athènes se tienne dans des conditions plus sereines.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Bruxelles.- Comme à chacune de ses conférences de presse, Yanis Varoufakis a d'abord pris la parole en anglais, pour s'adresser samedi 27 juin aux journalistes étrangers massés dans la petite salle de presse grecque, dans les sous-sols du conseil européen. Puis le ministre des finances a répété à peu près la même chose, semble-t-il, en grec, à destination des citoyens de son pays. Dans chacune de ces deux interventions, il a cité de manière appuyée l'un de ses homologues à la table de l'Eurogroupe, Michel Sapin, et sa volonté d'« établir des bases communes pour trouver un accord ».