Budget 2011: des hausses d'impôt en douce

Par
Avec le projet de loi de finances 2011 (présenté ce mercredi en conseil des ministres), le gouvernement va imposer la plus forte hausse de prélèvements depuis 1995, mais insidieusement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est la clé cachée du projet de loi de finances 2011 qui va être présenté ce mercredi en conseil des ministres. «Le gouvernement va imposer la plus forte hausse de prélèvements depuis 1995», prévient Jérôme Cahuzac, président de la commission des finances de l'Assemblée nationale dans Les Echos. Le niveau des prélèvements obligatoires, tombé à 41% en 2010, devrait remonter au niveau de 2007 (43%), selon lui.
Pourtant, tout en martelant son objectif de ramener le déficit budgétaire de 7,8% à 6% en 2011, le gouvernement, par la voix de François Baroin, ministre du budget, s'était engagé à ne pas procéder à une hausse générale de la fiscalité. En un sens, le projet de loi de finances 2011 tient l'engagement. Il n'y aura pas de hausse générale de la fiscalité. L'augmentation des prélèvements sera ciblée, organisant la préservation de certains au détriment de tous, au risque de renforcer le caractère illisible, inefficace, injuste, du système fiscal français.