Pour la Cour de cassation, les coursiers à vélo sont des salariés comme les autres

Par

La plus haute juridiction française vient de trancher ce mercredi 28 novembre : au regard du droit, les livreurs de repas travaillant par l’intermédiaire de la plateforme Take Eat Easy, qui a fait faillite en 2016, ne peuvent pas être considérés comme des travailleurs indépendants. Les conséquences de cet arrêt pourraient être immenses.  

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La décision est retentissante et pourrait, à terme, remettre en cause le modèle économique de nombreuses plateformes numériques qui font désormais partie du paysage. Pour la première fois, ce mercredi 28 novembre, la Cour de cassation a jugé le lien juridique existant entre les plateformes de livraison à vélo et les coursiers censés être leurs « partenaires », qui exercent comme micro-entrepreneurs pour la plupart. Sans ambiguïté, la Cour a décidé que ces coursiers ne peuvent pas, au regard du droit, être considérés comme des travailleurs indépendants, et qu’ils sont des salariés classiques, avec les droits correspondants.