Sarkozy et le social: la stratégie de la terre brûlée

Par

A quelques semaines de la présidentielle, le chef de l'Etat a annoncé plusieurs mesures, dont l'introduction d'une TVA sociale qu'il a longtemps rejetée. Au risque de l'impopularité et de l'inefficacité. D'autant que les plus importantes n'entreraient en vigueur... qu'après la présidentielle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nicolas Sarkozy a abattu ses cartes. Dans une émission spéciale diffusée sur huit chaînes de télévision  et plusieurs radios, à 20 heures ce dimanche 29 janvier, le chef de l'Etat a annoncé une série de mesures économiques, du jamais vu à quelques semaines seulement d'un scrutin présidentiel. Alors qu'il n'est toujours pas officiellement candidat, Nicolas Sarkozy, multipliant les références à l'Allemagne, s'est posé en président du « courage », réformateur jusqu'au bout… et même jusqu'après, puisque les mesures annoncées entreront en vigueur après la présidentielle...