Le volet occulté du plan de sauvetage d’Air France

Le patron de la compagnie a annoncé qu’il réduisait son salaire fixe de 25 % et qu’il renonçait à son salaire variable. Mais il a omis de préciser qu’il va garder, en accord avec Bercy, son colossal bonus de 2 millions d’euros par an. Un plan social est en outre en préparation.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Le diable, c’est bien connu, se niche dans les détails. Quand le patron d’Air France-KLM, le Canado-Britanno-Australien Benjamin Smith, a annoncé qu’il allait baisser de 25 % son salaire fixe pour 2020 et renoncer à la totalité de son salaire variable pour la même année, en signe de solidarité, après que l’État eut dévoilé un plan de soutien historique de 7 milliards d’euros au profit de la compagnie, sa décision a pu sembler logique. Puisque le ministre des finances, Bruno Le Maire, court micros et caméras pour dire que les groupes aidés par l’État ne peuvent pas continuer de vivre sur un grand train et accorder des habituelles faveurs exorbitantes à leurs actionnaires ou leurs cadres dirigeants, on a pu penser que le directeur général d’une entreprise contrôlée à 14,3 % par l’État n’avait sans doute guère le choix et que la puissance publique lui avait sans doute forcé un peu la main.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Amérique du Nord — Reportage
par Alexis Buisson
Écologie — Reportage
par Mathieu Périsse (We Report)
Amériques — Analyse
par Jean-Mathieu Albertini
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

IVG, la régression venue des États-Unis — Reportage
Le Kansas vote en faveur de la protection de l’avortement
Mardi 2 août, une majorité d’électeurs de l’État américain du Midwest a rejeté un amendement à la Constitution locale qui aurait permis la restriction, voire l’interdiction, du droit à l’avortement. Il s’agissait du premier test électoral depuis la révocation de l’arrêt « Roe v. Wade » en juin.
par Alexis Buisson
Asie — Analyse
En Chine, la crise immobilière prend de l’ampleur
À la suite d’une révolte des emprunteurs, le pouvoir a dû réagir pour stabiliser la situation, mais le vrai problème reste son incapacité à construire un nouveau modèle économique.
par Romaric Godin
Proche-Orient — Reportage
En Cisjordanie occupée, une opération massive de « colonisation sauvage »
Le 20 juillet, des milliers de colons israéliens se sont donné rendez-vous aux quatre coins de la Cisjordanie pour y créer dix nouveaux avant-postes en une soirée, espérant influencer la politique du gouvernement. Au grand dam des Palestiniens, qui voient de plus en plus de terres confisquées, et la violence des colons s’intensifier.
par Alice Froussard
Climat — Entretien
Vagues de chaleur marine : « L’océan traité comme une poubelle géante pour le CO2 »
Les vagues de chaleur océanique s’intensifient, comme l’alerte la climatologue du Giec Valérie Masson-Delmotte. Elles causent le blanchissement et la dégradation des récifs coralliens, la mortalité de masse d’oiseaux marins, mais aussi des risques pour la santé humaine à cause de la prolifération d’algues toxiques.
par Sophie Boutboul