OMC: la facture de l'échec

Par

Finalement, ce sera non. Après neuf jours d'âpres marchandages, les négociations de Genève censées donner au cycle de Doha une ultime chance de succès ont échoué mardi soir, sur un franc désaccord entre les Etats-Unis d'un côté, l'Inde et la Chine. Au cœur de la mésentente : la protection des agricultures de subsistance. Les avancées considérables réalisées en sept ans de discussion sont annulées par cet échec et la question de l'avenir de l'OMC se posera inévitablement.L’analyse de Philippe Riès, notre envoyé spécial à Genève et les principaux articles permettant de comprendre l'enjeu des négociations qui ont été publiés sur notre site.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les responsables français présents à Genève ont dû ouvrir les bouteilles de champagne qu'ils gardaient au frais depuis le 21 juillet pour célébrer l'échec des négociations du cycle de Doha. Pourtant ce n'est pas l'activisme déployé par la France pour affaiblir la position de la Commission européenne qui a joué le moindre rôle dans cet échec de l'OMC : c'est le désaccord entre l'Inde -soutenue par la Chine et l'Indonésie- d'une part, et d'autre part les Etats-Unis sur le mécanisme spécial de sauvegarde (SSM) qui a fait échouer les discussions, tout prêt du but.