Europe: l’arlésienne du plan de relance

Par

La Cour constitutionnelle de Karlsruhe a demandé l’arrêt de la ratification du plan européen de relance par l’Allemagne, afin de l’examiner. Déjà jugé insuffisant, ce plan de 750 milliards d’euros, attendu par de nombreux États membres, risque d’arriver beaucoup trop tard.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans la calamiteuse gestion de la pandémie, les responsables européens avaient au moins un succès à afficher : ils avaient réussi à élaborer ensemble un plan de relance européen. Mais ce succès est à son tour en train de se dérober. Le 26 mars, l’Allemagne a suspendu la ratification du plan de relance, à la suite de la demande de la Cour constitutionnelle de Karlsruhe. Son adoption est suspendue sine die.