Licenciées de Sanofi : retour sur trente ans de luttes syndicales et pour les femmes

Par Pierre-Yves Bulteau et Mathilde Goanec

Annick Lacour et Danielle Montel, deux anciennes techniciennes en pharmacologie, ont été licenciées dans la douleur par le géant français du médicament, Sanofi. Pour Mediapart, elles poursuivent un dialogue entamé depuis plus de trente ans sur le combat syndical, la place des revendications féministes et la priorité de l'intérêt général dans la recherche pharmaceutique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 17 octobre, des milliers de chercheurs partis de toute la France ont convergé sur Paris pour alerter l'opinion publique sur la dégradation de leur secteur mais aussi sur l'état de la recherche médicale. Annick Lacour et Danielle Montel, deux anciennes techniciennes en pharmacologie du pôle de Romainville (Seine-Saint-Denis), les ont rejoints par solidarité. Licenciées dans la douleur à la fin des années 2000 par le géant français du médicament, Sanofi, elles ont poursuivi pour Médiapart un dialogue entamé depuis plus de trente ans sur le combat syndical, la place des revendications féministes et la priorité de l'intérêt général dans la recherche pharmaceutique.