Des ingénieurs d’EDF s’opposent à leur tour au projet d'Hinkley Point

Par

Le projet de construction de deux EPR en Grande-Bretagne suscite toujours autant d’opposition. Dans une très longue note, publiée par Mediapart, des ingénieurs d’EDF prônent le report du projet, estimant qu’il met en péril le groupe et le renouvellement du parc nucléaire français.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le ministre de l’économie, Emmanuel Macron, a beau s’être engagé de façon déterminée aux côtés du président d’EDF, Jean-Bernard Lévy, en faveur d’Hinkley Point, la contestation contre le projet de construction de deux EPR en Grande-Bretagne ne faiblit pas. Après le directeur financier d’EDF, qui a démissionné en signe de protestation, après les syndicats et de hauts responsables du groupe, après le rapport très critique de la Cour des comptes, des ingénieurs d’EDF, responsables de l’EPR et de la modernisation du parc nucléaire français, montent à leur tour au créneau. « Pourquoi le financement [d’Hinkley Point] n’est-il pas bouclé ? Parce que le projet est à la fois trop cher et trop risqué. Les bons projets n’ont jamais de problème de financement (…) », expliquent-ils dans une très longue note – que Mediapart s’est procurée –, distribuée depuis la semaine dernière à des membres du conseil d’EDF et à toutes les personnes susceptibles de faire entendre leur voix sur le dossier au sein du groupe.