Mediapart et Thévenoud: l'histoire d'une chute

Par

Dans son livre Une phobie française, l'éphémère secrétaire d'État Thomas Thévenoud raconte que ses défaillances fiscales étaient connues au plus haut niveau de l’État. A le croire, il devrait surtout son éviction à Mediapart. Nous revenons sur les dessous de cette affaire, et de notre enquête.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Thomas Thévenoud croit savoir qu’il doit à Mediapart son éviction du gouvernement. Nommé secrétaire d’État à l’été 2014 alors qu’il ne déclarait pas ses revenus au fisc depuis des années, l’ancien socialiste suggère dans Une phobie française, récit très personnel publié le 30 mars chez Grasset, que l’Élysée aurait été informé de ses « défaillances » bien avant son entrée au gouvernement et que les têtes de l’exécutif, très conciliantes aux premiers jours de sa nomination, l’auraient défenestré pour la simple raison que Mediapart détenait « l’intégralité de son dossier fiscal » et s’apprêtait à le publier.