À une audience d’irresponsabilité pénale : « Nous avons le devoir de préparer l’avenir » 

Par

Depuis 2008, des audiences publiques permettent d’acter l’irresponsabilité pénale d’un mis en examen au « discernement aboli », tout en le désignant comme l’auteur des faits. Mediapart a assisté à l’une d’entre elles. À la barre : un malade schizophrène ayant commis une tentative de viol sous le coup d'une bouffée délirante.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans son box gardé par un gendarme, Mickaël F. ressemble à n’importe qui en pareille situation. Nerveux, il cligne souvent des yeux et les pose tour à tour sur son avocat, le président, l’avocate générale. Le procès de cet homme de 32 ans, barbe de trois jours et cheveux ras, est pourtant à part. En ce mois de mai, la cour d’appel de Paris s’apprête à déclarer son irresponsabilité pénale pour raisons psychiatriques. Tout en reconnaissant qu’il existe des charges suffisantes pour le désigner comme l’auteur d’une tentative de viol deux ans plus tôt.