La maison Bettencourt est loin d'avoir livré tous ses secrets – surtout les moins avouables. Dans la plus grande discrétion, les policiers de la brigade financière ont saisi lors d'une perquisition réalisée au début du mois de juillet des documents compromettants puisque susceptibles de conforter les soupçons qui pèsent sur le financement de l'UMP, et de Nicolas Sarkozy en particulier. Il s'agit de carnets dans lesquels, à l'instar du général Philippe Rondot, le «scribe» de l'affaire Clearstream, l'artiste François-Marie Banier notait certains événements dont il a pu être le témoin ou des confidences dont il fut le destinataire, dans l'hôtel particulier de la milliardaire, à Neuilly-sur-Seine.