Fonds d'indemnisation du Mediator: un trompe-l'œil?

Par
Le fonds public d'indemnisation des victimes du Mediator, qui vient d'entrer en vigueur, risque d'être utilisé comme un dispositif de protection évitant de mettre au jour la responsabilité et les défaillances de l'Etat.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le fonds public d'indemnisation des victimes du Mediator, promis en avril dernier par Xavier Bertrand, ministre de la santé, a été ouvert ce jeudi 1er septembre. Les demandes d'indemnisation doivent être effectuées auprès de l'Oniam, l'Office national d'indemnisation des accidents médicaux (les informations et formulaires nécessaires sont disponibles sur le site de l'Oniam). «C'est la première fois en France qu'on a mis en place aussi rapidement un fonds de cette envergure», estime le docteur Dominique-Michel Courtois, président de l'Association d'aide aux victimes du Mediator et de l'Isomeride (Avim), qui a l'intention de présenter 2000 dossiers de demande d'indemnisation à l'Oniam.