Grâce à un traitement sur mesure, un policier échappe à la prison 

Sensible au sort d’un policier condamné à deux ans de prison ferme pour enlèvement et séquestration, le parquet général d’Aix-en-Provence s’est directement impliqué pour interrompre la mise à exécution de sa peine et soutenir sa demande d’aménagement. Bénéficiant d’une bienveillance légale mais particulièrement rare, il n’a passé que trois nuits en cellule après sa condamnation. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Le 7 juillet 2020, le brigadier Michel P. est condamné par la cour d’appel d’Aix-en-Provence à trois ans de prison, dont deux ans ferme, pour enlèvement et séquestration, faux et violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal