Quand UBS distribuait innocemment ses cartes de visite

Par

Il est des petits riens qui permettent de faire émerger des pratiques peu avouables. Le tribunal s’est ainsi penché, lors de l’audience du 31 octobre, sur les cartes de visite généreusement distribuées par les chargés d’affaires suisses présents en France. Une manière d’attirer des clients français en Suisse ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il est parfois des détails, des petits riens qui permettent à eux seuls d’appréhender une situation, de mieux comprendre une réalité qui ne se donne pas forcément à voir. C’est sur ces petites choses que s’est penché le tribunal lors de l’audience du 31 octobre, afin d’explorer les zones grises d’UBS, ces non-dits qui font émerger des pratiques moins avouables derrière sa façade de grande banque respectable.