Harcèlement sexuel: victoire «en demi-teinte» des nettoyeuses de la gare du Nord

Par

La cour d’appel a reconnu le harcèlement sexuel et la discrimination subis par des salariées de la société H. Reinier, sous-traitante de la SNCF. Mais elle a revu sensiblement à la baisse leurs indemnités, les contraignant à restituer une grande partie des milliers d’euros touchés en première instance.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Huit ans pour ça… », se désole Rachid. Pour ce délégué syndical comme pour les quatre plaignantes, les victimes ont été reconnues, mais pas le préjudice qu’elles ont subi. C’est toute l’ambiguïté de la décision qu’a rendue la cour d’appel de Paris dans la procédure des nettoyeuses de la gare du Nord, jeudi 29 octobre.