A l'ouverture du procès du Carlton, un DSK inflexible et un parfum de complot

Par

Au premier jour du procès pour « proxénétisme aggravé en réunion » qui se tient à Lille pendant trois semaines, 14 personnes, dont Dominique Strauss-Kahn, se sont retrouvées sur le banc des prévenus. La défense a tenté de plaider la nullité, arguant des écoutes administratives mystérieusement effectuées en dehors de toute procédure judiciaire. En vain.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lille, de notre envoyée spéciale. Il est assis à l’extrémité du banc des prévenus, aux côtés de son ami Fabrice Paszkowski, l’organisateur des « parties fines » qui ont conduit l’ex-patron du FMI à se retrouver, ce lundi 2 février, devant le tribunal correctionnel de Lille, où il est poursuivi pour « proxénétisme aggravé en réunion ». À l’autre bout de la banquette, Dominique Alderweireld, alias “Dodo la Saumure”, le gérant de maisons closes soupçonné d’avoir « ramené des filles » pour participer aux « soirées libertines » organisées par la poignée d’hommes réunis là. Des cadres et chefs d’entreprise, un avocat, un commissaire de police, un gérant d’hôtel… et un ancien prétendant à l'Élysée, donc.