Ces médecins qui refusent de soigner les plus pauvres

Par

Après dix-neuf ans passés dans la rue, Jean-François Krzyzaniak est sorti de la galère il y a trois ans. Aujourd’hui, il rencontre les pires difficultés pour trouver des médecins qui acceptent de le prendre en charge. Membre de la Fédération des acteurs de la solidarité (FNARS), il livre son témoignage dans « Le Plus » de L’Obs.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Avec 800 euros d’allocation d’adulte handicapé, Jean-François Krzyzaniak est bénéficiaire de l’aide au paiement d’une complémentaire santé (ACS), réservée aux personnes dont les ressources dépassent légèrement le plafond d’attribution de la couverture maladie universelle (CMU).