A Marseille, redonner une bouffée d’air aux habitants des cités

Par

Les policiers marseillais ont engagé une ambitieuse « reconquête des cités » en décembre 2012. Sur un territoire immense : les deux zones de sécurité prioritaires mises en place par Manuel Valls couvrent plus de la moitié de la population. L'objectif affiché n'est pas tant d'éradiquer les trafics de stupéfiants que d'inverser la peur. Avec une inconnue de taille, celle du volet social.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans les quartiers Nord, le hall 41 du Clos La Rose, un point de deal à deux pas du terminus du métro, attirait des consommateurs de tout Marseille. C’est ici que « Michou », un adolescent de 16 ans, avait été abattu dans son fauteuil d’une rafale de kalachnikov en novembre 2010, et un autre minot de 11 ans blessé. Un an et demi plus tard, à l’approche de la présidentielle, l’ex-préfet de police Alain Gardère avait même envisagé de démolir le bâtiment, délaissé par la plupart des locataires et squatté par les dealers.