Nouvelle-Calédonie : l’État pousse pour un dernier référendum fin 2021

Par

Après une semaine d’échanges avec une partie des forces politiques de Nouvelle-Calédonie, le gouvernement s’est félicité d’avoir trouvé une date pour la tenue du troisième référendum et d’avoir fixé un calendrier pour la suite. Mais les indépendantistes présents à Paris estiment que cette position ne les engage pas.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«C’est l’État qui prend la décision, c’est l’État qui doit l’annoncer. » La phrase est lâchée avec un sourire en coin par Roch Wamytan, dans la cour du ministère des outre-mer, mercredi 2 juin, en toute fin de journée. Le président du Congrès de Nouvelle-Calédonie et leader de l’Union calédonienne (UC, gauche, indépendantiste) ne veut pas en dire plus. Pas avant les annonces officielles en tout cas. Il vient tout de même de résumer, en quelques mots, l’ambiance des discussions politiques qui se sont tenues pendant plusieurs jours, à Paris, autour de l’avenir institutionnel de l’archipel.