Les députés imposent un «code de bonne conduite» aux lobbyistes

L'Assemblée nationale doit adopter, jeudi 2 juillet, des mesures pour encadrer les activités des lobbyistes au Palais-Bourbon. Mediapart en dévoile la teneur. Un registre sera créé, des badges seront attribués de manière plus restrictive. Un code de bonne conduite en 10 points leur interdira de diffuser des argumentaires comportant des «éléments volontairement inexacts, destinés à induire les députés en erreur». Ce dispositif est le résultat de plusieurs années de travail de quelques députés moteurs, qui se sont heurtés à la frilosité de certains collègues. Si la plupart des lobbyistes le saluent, plusieurs observateurs en pointent déjà les insuffisances.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Aujourd'hui, certains lobbyistes entrent au Palais-Bourbon comme dans un moulin – ou presque. Gratifiés de badges de complaisance par des «amis» députés ou les services de l'Assemblée, ils toquent aux bureaux, s'invitent à la cantine des assistants parlementaires, prennent racine, épuisent jusqu'aux photocopieuses pour distribuer des amendements tout ficelés et alerter sur les «conséquences désastreuses» de tel article de loi... Parmi les mieux introduits: les «avocats» d'EDF ou d'Areva, les «filles» des labos pharmaceutiques ou les porte-voix de TF1... En clair: les représentants des «gros» intérêts, publics ou privés. Pour les «petits», c'est plus compliqué. Alors dans cette jungle de l'influence, l'Assemblée a décidé de mettre un peu d'ordre.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal