Des livreurs Deliveroo se battent contre la précarisation de leurs contrats

Par

L’entreprise de livraison de repas va mettre fin à un système de paiement à l’heure, qu’elle réservait à ses coursiers à vélo les plus anciens. À Bordeaux, un mouvement de protestation s’organise contre cette fragilisation de travailleurs déjà vulnérables.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quelques dizaines de manifestants, et un brutal coup de projecteur sur la réalité du secteur. Vendredi 28 juillet, puis les lundi et mardi suivants, jusqu’à une cinquantaine de coursiers à vélo se sont réunis pour protester devant les locaux de Deliveroo à Bordeaux. Ils dénoncent le changement annoncé de la façon dont les plus anciens d’entre eux sont rémunérés. Lors du lancement en France de son service de livraison de repas à domicile, en 2015, l’entreprise britannique cherchait à recruter une base suffisante de coursiers. Elle leur proposait une tarification fixe, de 7,5 euros de l’heure lorsqu’ils se déclaraient disponibles pour livrer, à laquelle s’ajoutait une prime de 2 à 4 euros par course effectuée, en fonction des performances et de l'ancienneté du livreur.