Pourquoi les émeutiers s'attaquent aux équipements publics

Par

Lors des émeutes de 2005, des gymnases, des crèches et des bibliothèques avaient été incendiés, suscitant la perplexité. Avec du recul, le sociologue Denis Merklen explique ces gestes comme la conséquence d'une désindustrialisation qui a laissé les habitants face à un interlocuteur exclusif : l'État.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lors des émeutes de 2005, des gymnases, des crèches, des écoles ou encore des bibliothèques ont été pris pour cible. Sur le moment, les observateurs, qu'ils soient journalistes ou chercheurs en sciences sociales, ont eu du mal à expliquer ces gestes. Pourquoi des jeunes habitants d'un quartier populaire s'en prendraient-ils aux seuls équipements qui pourraient leur être « utiles » ?