Quartiers populaires et école privée: «Le militantisme s’arrête à mes enfants»

Par

La tendance touche aussi les quartiers les plus défavorisés : de plus en plus de familles des secteurs populaires font le choix de scolariser leurs enfants dans l’enseignement privé. Le moment de bascule se situe à l’entrée au collège. Mediapart a rencontré ces parents convaincus d’avoir fait le bon choix, à rebours de leurs idéaux de mixité sociale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jonas Pallière pourrait avancer plusieurs raisons pour éclairer son choix d’avoir inscrit son fils aîné dans un collège privé. Il pourrait mentionner le fait, par exemple, qu’il est catholique pratiquant et qu’il voudrait à ce titre que son fils bénéficie d’un enseignement religieux. Il pourrait aussi raconter qu’il a été séduit par le projet pédagogique de l’établissement. « J’aimerais vous dire que c’est cela, mais ce n’est pas que ça. Je mentirais sinon. »