La Cinémathèque pose une chape de plomb sur la question des violences sexuelles

Par

Fin janvier, lors d’un débat avec un réalisateur lituanien, une spectatrice a été privée de parole après l’avoir interrogé sur des accusations d’agressions sexuelles. L’institution refuse toute confusion entre un créateur et son œuvre et se fait le porte-drapeau de ceux pour qui la libération de la parole sur les violences sexuelles porte un danger de censure. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comme un symbole des difficultés françaises à lever le voile. La scène a lieu le 19 janvier 2018 à la Cinémathèque française. Rapportée par Libération, elle se déroule dans le cadre d’une rétrospective sur le cinéma lituanien, alors que le réalisateur Sharunas Bartas est invité à dialoguer avec le public. « Une spectatrice commence par les remercier, lui et ses pairs, pour leurs réflexions sur la censure en Russie. À propos de paroles étouffées, elle demande à Bartas s’il a l’intention de répondre aux accusations d’agression sexuelle de deux jeunes femmes – l’une des deux, Paule Bocculaite, a été indemnisée d’une somme dérisoire après qu’il l’a bombardée d’une télé et poursuivie, en voiture, dans la forêt, a-t-elle relaté en Lituanie. Le micro est alors immédiatement repris. “On est ici pour parler de cinéma. Y a-t-il quelqu’un qui a une vraie question sur le cinéma à poser ?” »