Brétigny: le complot de la SNCF contre les experts judiciaires

Par

La SNCF a contesté lundi le nouveau rapport judiciaire qui l’accuse d’être responsable du déraillement mortel de Brétigny. Selon des écoutes consultées par Mediapart, il s’agit en fait d’une stratégie de déstabilisation décidée dès septembre 2014, qui vise à faire croire aux juges que les experts judiciaires « ne sont pas bons » afin d’éviter une contre-expertise qui risquerait d'être aussi accablante que la première.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les experts judiciaires qui accusent la SNCF d’être responsable de l’accident mortel de Brétigny sont nuls et incompétents. C’est la thèse développée par l’entreprise publique dans une note envoyée lundi aux juges d’instruction, et dévoilée hier soir par l’AFP. Pour mémoire, ces experts judiciaires ont écrit deux rapports accablants pour la SNCF, mise en examen pour « homicides involontaires ». Ils démontrent que le train a déraillé car il est passé sur un aiguillage ultra délabré et fissuré, qui s’est progressivement dégradé car la maintenance était mal faite.