Bilan Macron. Probité, transparence : les promesses oubliées

Élu en partie grâce à l’affaire François Fillon, Emmanuel Macron avait prôné en 2017 la « probité » et la « transparence », avant que son entourage ne soit à son tour rattrapé par les affaires. Celles-ci ont révélé son rapport à la justice et à l’exemplarité.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

En mai 2017, c’est le candidat de la « probité » et de la « transparence » qui a été élu à la présidence de la République, en partie grâce à l’affaire Fillon. Et de façon symbolique, le premier texte de loi voté sous le quinquennat Macron porte sur la moralisation de la vie publique. Rebaptisé loi « sur la confiance dans la vie politique », il comporte quelques avancées indéniables, comme la fin des emplois familiaux pour les parlementaires et le contrôle de leurs frais professionnels.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal