C’est une petite annonce que vous ne lirez pas sur le portail en ligne du ministère des finances. À vendre, à Grignon, dans les Yvelines, proche du château de Versailles, un parc de 290 hectares et son château du XVIIe siècle, comprenant une forêt de chênes, d’érables et de châtaigniers, mais aussi une falunière étudiée par le paléontologue Cuvier, des salles de cours d’AgroParisTech, des laboratoires de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) et les archives de René Dumont, chercheur et premier candidat écologiste à une élection présidentielle en 1974. Propriétaire : le ministère de l’agriculture. Travaux à prévoir. Mise à prix : inconnue.

Bien que la mise en vente du berceau historique de l’école d’agronomie soit de notoriété publique, elle n’est pas officielle. Alors que les terrains et les bâtiments de Grignon appartiennent au domaine public, le site consacré aux cessions immobilières de l’État ne publie aucune information à leur sujet. Malgré les deux visites du Paris Saint-Germain (PSG), à la recherche d’un lieu où construire son nouveau centre d’entraînement, la propriété « officiellement n’est pas en vente », explique son directeur, Jacques Melin. Le dirigeant d’AgroParisTech, Gilles Trystram, souhaite vendre le site « le plus cher possible », mais aucune offre de vente n’a été rendue publique. Il a fallu des enquêtes de journalistes pour que l’État reconnaisse que son prix plancher est de 35 millions d’euros. « Mais l’attente, c’est de vendre plus cher », explique Philippe Mauguin, le directeur de cabinet de Stéphane Le Foll. Le flou est total et les zones d’ombre nombreuses dans ce dossier.