Surveillance de l’épidémie: attention au «solutionnisme technologique»

Par

Alors que le gouvernement envisage la création d’une application de suivi des contacts des uns et des autres pour prévenir les contaminations, Annie Blandin et Charles-Pierre Astolfi, du Conseil national du numérique, relèvent le besoin de « garanties démocratiques particulièrement fortes » et plaident pour « une logique d’entraide, de confiance »

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comment protéger la population de la contamination par le coronavirus autrement qu’en enfermant chacun chez soi ? Comment protéger, aussi, ceux qui sont obligés de poursuivre leurs déplacements, malgré le confinement ? Pour un groupe de chercheurs d’Oxford dont l’étude a été publiée dans la revue Science le 31 mars, « la dissémination virale est trop rapide pour être contenue » par des enquêtes « manuelles » de suivi des personnes contacts. Mais confier cette mission à une application pourrait y remédier, disent les chercheurs, à condition qu’elle soit utilisée par un nombre suffisamment grand de personnes.