Un ancien résistant de 89 ans accuse un policier de l'avoir roué de coups

Par

Raymond Gurême, 89 ans, affirme avoir été jeté hors de sa caravane et frappé le 23 septembre à Saint-Germain-lès-Arpajon. Dans un rapport daté du 29 septembre, la commissaire d’Arpajon dément toute violence.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Que s’est-il passé le 23 septembre à Saint-Germain-lès-Arpajon (Essonne) ? Raymond Gurême, un ancien résistant de 89 ans, affirme avoir été matraqué par un policier, lors d’une descente de police sur le terrain où sont installées sa caravane et celles de sa famille. À la suite de sa plainte, déposée le 24 septembre à la gendarmerie d’Ebly, le parquet d’Évry a ouvert une enquête préliminaire, qui a été confiée aux policiers de la cellule de déontologie de la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) de l’Essonne. « Comme je le fais systématiquement, cette plainte n'ayant rien de spécial, explique Béatrice Angelelli, la procureure adjointe qui suit les questions de violences policières. L’Inspection générale de la police nationale (IGPN) ne prend que les dossiers les plus graves, avec des armes, des cas de légitime défense, etc. »