Affaire Baupin: les conséquences pour la parole des femmes

Par

Entretien entre Sandrine Rousseau, témoin clef de l'affaire Baupin, qui publie Parler, et Laure Ignace, juriste.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'était il y a un an et demi. Le 9 mai 2016, Mediapart et France Inter dévoilaient huit premiers témoignages de femmes visant toutes le député écologiste, alors vice-président de l'Assemblée nationale, Denis Baupin. Parmi elles, quatre le faisaient à visage découvert, prenant le risque de la violence de l'exposition médiatique et de la défense, parfois brutale, de celui qu'elles accusaient d'agression ou de harcèlement sexuels : Isabelle Attard, Elen Debost, Annie Lahmer et Sandrine Rousseau. Cette dernière publie aujourd'hui Parler, aux éditions Flammarion, un récit à la fois intime et politique de « l'affaire Baupin », dans lequel elle révèle les soubresauts personnels et publics qu'ont provoqués ces révélations.