Financements libyens: Claude Guéant préfère désormais se taire face aux juges

Par et

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Par cinquante et une fois, le 11 septembre, Claude Guéant a prononcé la phrase « J’exerce mon droit au silence » face aux juges de l’affaire des financements libyens, Serge Tournaire et Aude Buresi, refusant à la manière d’un Patrick Balkany de répondre à l’intégralité des questions qui lui ont été posées.