L’université de Nantes réclame un million d’euros à ses enseignants vacataires

Par

Plus de 1 500 enseignants vacataires de l’université de Nantes se voient réclamer le remboursement de salaires trop perçus. Une bévue qui révèle l’ampleur du « précariat » dans les facultés françaises.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En cette rentrée, Fabienne* a eu le sentiment d’être considérée comme une voleuse. Comme 1 678 autres vacataires de l’université de Nantes, cette professeure d'espagnol depuis une dizaine d’années a reçu un courrier recommandé avec avis de réception lui demandant de rembourser sans délai plus de 1 200 euros « trop perçus ».